Syndrome des ovaires polykystiques – les remèdes naturels

Les meilleurs remèdes naturels pour le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) affecte actuellement des millions de femmes et bien que la majorité de ces cas sont des femmes matures, les jeunes filles peuvent aussi souffrir de cette maladie.

Parmi ces femmes, il y a plusieurs cas qui sont en âge de procréer, mais qui souffrent du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).
Le syndrome des ovaires polykystiques est un problème dans lequel les hormones de la femme sont en déséquilibre et il se manifeste à travers des symptômes tels que:

-Un manque d’ovulation.
L’infertilité.
-Menstruation irrégulière ou absente.
L’obésité.
-Plusieurs kystes sur les ovaires.
-L’acné.
-Une pilosité faciale excessive.
En se concentrant sur la régulation hormonale ainsi que le traitement des symptômes du SOPK, vous pouvez utiliser les plantes , les suppléments et les thérapies alternatives.

Les chercheurs ont également lié l’insuline au SOPK car de nombreuses femmes atteintes de cette maladie ont aussi trop d’insuline dans le corps. Des niveaux élevés d’insuline conduisent à la production de plus d’hormones mâles par  les ovaires.

Les femmes atteintes de SOPK ont également une inflammation de bas grade, ce qui contribue à la résistance à l’insuline.

Ce trouble endocrinien est également associé à un risque accru de développer une résistance à l’insuline, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, un taux élevé de cholestérol et les maladies cardiaques. Ainsi, le diagnostic précoce du SOPK est extrêmement important.

Certains remèdes naturels, les médicaments et les changements de style de vie peuvent aider à gérer les symptômes et réduire les complications.

syndrome des ovaires polykystiques

Syndrome des ovaires polykystiques – Les plantes médicinales

Si vous êtes à la recherche d’extraits de plantes qui peuvent vous aider avec les symptômes du SOPK, les extraits de plantes suivants peuvent être très utiles:

Le gattilier

L’extrait du gattilier peut être bénéfique pour la régulation des niveaux d’hormones. Les hormones qui sont affectées par le syndrome des ovaires polykystiques comprennent l’œstrogène, la progestérone et la prolactine.

Dans une étude publiée dans le Journal of Complementary and Alternative Medicine, les chercheurs ont trouvé des preuves que le gattilier a contribué à la baisse des taux de prolactine. Il y avait également des preuves que Vitex était utile pour traiter l’infertilité et pour améliorer la régularité menstruelle.

Utiliser le gattilier contre le syndrome des ovaires polykystiques peut prendre jusqu’à quatre cycles pour voir les résultats.

Faire bouillir une tasse d’eau et ajouter une cuillère à café de baies de gattilier fraîches ou séchées. Laissez infuser pendant environ 10 minutes. Filtrer et boire cette tisane le matin à jeun pendant quelques semaines ou quelques mois, jusqu’à ce que vous remarquerez une amélioration. Cesser de l’utiliser une fois que vous êtes satisfait des résultats.
Alternativement, vous pouvez prendre cette plante sous forme de supplément. Pour le dosage consultez votre médecin.

L’actée à grappes noires

Dans un essai publié dans European Journal d’obstétrique et de gynécologie, des femmes ont reçu 20 mg de l’actée à grappes pendant 10 jours ou 100 mg de citrate de clomifène pendant 5 jours. L’étude a révélé que l’actée à grappes peut être utilisée comme une alternative au citrate de clomifène pour induire l’ovulation.

La fertilité et l’équilibre hormonal sont des questions importantes pour les personnes souffrant du SOPK et l’actée à grappes vous offre donc une alternative naturelle à certains médicaments utilisés pour favoriser la fertilité.

Dans une autre étude du Journal of Ehtnopharmacology, l’actée à grappes a pu réduire la dépression et elle a aidé à lutter contre les effets du stress.
L’actée offre des avantages en termes d’équilibre hormonal et aide dans la gestion du stress pour celles qui souffrent du  syndrome des ovaires polykystiques.

La réglisse chinoise

La réglisse chinoise (Glycyrrhiza uralensis) a montré de bons résultats dans la régulation des niveaux hormonaux dans les études axées sur le syndrome des ovaires polykystiques. Dans une étude publiée dans la revue médicale « stéroïdes », les chercheurs ont montré que 3,5 g d’extrait de réglisse réduit les niveaux de testostérone, tout en laissant d’autres niveaux hormonaux inchangées, donc aidant à équilibrer les niveaux hormonaux chez les sujets de l’essai.

La réglisse peut également réduire la résistance à l’insuline et réguler le taux de glucose, selon l’Indian Journal of Experimental Biology. La résistance à l’insuline est un facteur dans la plupart des cas de syndrome des ovaires polykystiques.

La cannelle

La cannelle peut être utilisée comme médicament naturel pour la santé et elle peut également offrir de multiples avantages pour les femmes avec les effets du syndrome des ovaires polykystiques.

La régularité des cycles menstruels et l’ovulation jouent un rôle important dans le SOPK. Les extraits de plantes peuvent équilibrer les niveaux hormonaux, réguler les cycles menstruels, et promouvoir l’ovulation.

La cannelle peut aider à soulager de nombreux symptômes associés au syndrome des ovaires polykystiques. Dans un essai publié dans l’American Journal of Gynecology, les femmes prenant 1,5 g de cannelle par jour ont montré une meilleure régularité menstruel.

La cannelle peut également aider à réguler les niveaux d’insuline chez certaines personnes. Dans un essai publié dans nutrition of New York, les chercheurs ont constaté que les patients ayant reçu 750 mg de cannelle pendant 12 semaines ont présenté une amélioration à la sensibilité à l’insuline.

Le fenugrec

Chez les femmes diagnostiquées avec le syndrome des ovaires polykystiques, l’insuline sécrétée par le pancréas n’est pas utilisée efficacement par les tissus et cela conduit à l’obésité et à un excès de production de la testostérone.

Consommer les feuilles ou les graines de fenugrec aide à maintenir un niveau d’insuline normale et à améliorer la tolérance au glucose dans le corps. Faire tremper 3 c.c de graines de fenugrec pendant la nuit, les prendre trois fois par jour. Sur un estomac vide le matin, et dix minutes avant le déjeuner et le dîner. Vous pouvez également consommer les feuilles cuites.

L’huile de poisson

Riche en acides gras oméga-3, l’huile de poisson aide à réduire les androgènes et à améliorer la sensibilité à l’insuline. Selon une étude publié les acides gras oméga-3 peuvent améliorer les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques en équilibrant les niveaux d’androgènes.
L’huile de poisson peut aider à lutter contre l’inflammation, réduire la graisse corporelle et lutter contre les maladies chroniques.

La vitamine D, le calcium et le magnésium

Beaucoup de femmes qui souffrent de syndrome des ovaires polykystiques semblent également avoir des carences en vitamine D et en calcium. Le calcium, le magnésium et la vitamine D sont tous classés comme des minéraux essentiels et ils sont nécessaires pour compléter les autres vitamines et minéraux et assurer une bonne santé globale. Assurez-vous que vous êtes conscient des signes avant-coureurs d’une carence en vitamine D et une carence en magnésium.

Le métabolisme de la vitamine D repose sur la disponibilité du magnésium, et pour une bonne absorption du calcium vous avez besoin d’avoir des niveaux optimaux de vitamine D. Ceci est la raison pour laquelle la vitamine D, le calcium et le magnésium apparaissent toujours ensemble dans les suppléments.

Le calcium et la vitamine D jouent un rôle vital dans la régulation du stress et dans la réduction de l’inflammation.

La vitamine B12

La vitamine B12 joue un rôle clé dans la capacité du corps à créer de l’énergie via les processus métaboliques. La vitamine B12 est donc crucial pour soutenir la fonction de l’insuline et le métabolisme du glucose.

Dans une étude publiée dans Reproductive Biomedicine en ligne, les femmes atteintes de SOPK avaient des niveaux faibles de vitamine B12. La supplémentation dans ces cas devrait donc améliorer la résistance à l’insuline et les autres symptômes du syndrome métabolique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

80 commentaires sur “Syndrome des ovaires polykystiques – les remèdes naturels”