Les traitements naturels pour l’infertilité liée à des maladies auto-immunes

Comment traiter l’infertilité liée à des maladies auto-immunes ?

Cet article a été publié dans le Journal NDNR en mars 2011
L’infertilité est un problème qui a un impact énorme sur la qualité de vie de millions de personnes. Elle affecte 1 sur 5 des couples et la plupart des patients subissent plusieurs interventions de diagnostic et de traitements dans le but de créer une famille.

L’infertilité a une myriade de causes, y compris des troubles endocriniens, les maladies gynécologiques, les maladies infectieuses, les maladies du système circulatoire, le vieillissement et la santé cellulaire.
Les maladies auto-immunes sont également impliquées dans les troubles de la reproduction et peuvent en particulier jouer un rôle dans les cas inexpliqués de l’infertilité, surtout avec tout ces changements dans nos habitudes alimentaires et notre mode de vie et une industrie alimentaire aveugle qui n’a qu’une seule préoccupation « augmenter le chiffre d’affaire ».

Les maladies auto-immunes telles que le diabète, la thyroïdite auto-immune et le lupus érythémateux disséminé sont liées à une diminution de la fécondité. Autres causes de l’infertilité tels que l’insuffisance ovarienne prématurée, l’endométriose et le syndrome des ovaires polykystiques comprennent des composants auto-immunes. Dans de nombreux cas inexpliqués d’infertilité, les processus inflammatoires peuvent être impliqués ou des anticorps peuvent être dirigés contre les hormones, les facteurs de coagulation, ou les tissus reproductifs tels que les ovaires ou les testicules.

 

maladies auto-immunes

Copyright © gabi_menashe

Les facteurs biologiques impliqués dans l’infertilité auto-immune sont diverses. Ils comprennent une multitude de changements cellulaires et inflammatoires. Certains des facteurs les plus courants sont décrits ci-dessous.

L’endométriose

L’endométriose a de nombreux composants auto-immunes, y compris des niveaux élevés de cytokines et des anomalies des cellules T et B. Les monocytes périphériques sont plus actifs et les macrophages péritonéaux sont présents en plus grand nombre avec des niveaux d’activité plus élevés. Cela provoque une augmentation de la libération de cytokines inflammatoires.

Il existe des altérations de l’activité des lymphocytes B et une incidence accrue des auto-anticorps chez les femmes atteintes d’endométriose. Comme maladies auto-immunes classiques, l’endométriose a été associée à une activation polyclonale des cellules B, des anomalies immunologiques dans les fonctions des cellules T et B, l’augmentation de l’apoptose, des dommages aux tissus, atteinte d’organes multiples, survenue familiale, base génétique possible, implication des cofacteurs environnementaux et une association avec d’autres maladies auto-immunes. Les taux de TNF-a sont élevés dans le fluide peritoneal de patientes atteintes d’endométriose. Chez les femmes atteintes d’endométriose, Les cellules intermédiaires de la réponse immunitaire TH2 sont généralement élevés.

Une étude en 2001 a révélé que 50% des patientes atteintes d’endométriose avait des auto-anticorps de candida énolase. La même étude a révélé que les niveaux de ces anticorps a augmenté chez les patientes présentant une liste d’autres maladies auto-immunes.

La maladie de la thyroïde auto-immune et l’infertilité

Les maladies de la thyroïde impliquant  des anticorps antithyroïdiens ont été liées à l’infertilité et l’augmentation de fausses couches. La maladie de la thyroïde auto-immune, même en l’absence de l’hypothyroïdie a été associée à la stérilité et réduit la réponse au traitement de la fécondité. Elle a également été associée à l’auto-immunité liée au gluten. La maladie de la thyroïde auto-immune peut conduire à une hypo ou une hyperthyroïdie qui peut influer sur la fertilité et provoquer une fausse couche.

Les autres maladies auto-immunes et la fertilité

Les anticorps antinucléaires (AAN) qui ont été associés à l’infertilité peuvent être présents en cas de maladies telles que le lupus érythémateux disséminé, le syndrome de Sjogren, le syndrome de Raynaud et peuvent également être détecté chez les femmes ayant des antécédents d’exposition à des produits chimiques comme le bisphénol-A.

La maladie d’Addison est associée avec des anticorps anti-ovariens qui peut réduire la fonction ovulatoire et provoquer une insuffisance ovarienne précoce dans les cas graves.

Les patients atteints de la maladie cœliaque peuvent avoir de multiples carences nutritionnelles qui peuvent mener à l’infertilité. La maladie cœliaque a été liée aux fausses couches récurrente, à des complications de la grossesse et l’infertilité. Une étude en 2010 a révélé que, entre 5-10% des femmes ayant des antécédents de mortinatalité, fausses couches à répétition, la restriction de croissance intra-utérine et l’infertilité étaient séropositifs pour transglutaminase IgA comparativement à 1% du groupe de contrôle. La maladie cœliaque latente peut être une cause majeure d’infertilité inexpliquée.

Chez environ 20% des femmes souffrant d’insuffisance ovarienne prématurée, les facteurs auto-immunes peuvent être détectés. Cette insuffisance ovarienne peut être liée à une maladie auto-immune de la thyroïde, la maladie d’Addison, ou le lupus érythémateux disséminé ou peut avoir une étiologie inconnue. Ces femmes peuvent avoir des anticorps qui attaquent les tissus ovariens, ou les hormones de reproduction, tels que la FSH.

Les anticorps anti-spermatozoïdes sont une autre cause de l’infertilité. On les trouve couramment chez les hommes après les procédures de vasectomie et leur présence peut rendre difficile de renverser la vasectomie. Des anticorps anti-spermatozoïdes affectent la capacité des spermatozoïdes à pénétrer dans l’œuf ou réduire la motilité en s’attachant à la queue du sperme. Le corps d’une femme peut produire des anticorps dirigés contre le sperme de son partenaire, en le tuant ou en le désactivant dès qu’ils entre dans la glaire cervicale.

Les estimations sont de 5 à 25% des couples ayant des problèmes de fertilité liés à ce problème. La seule façon de savoir si vous ou votre partenaire avez des anticorps anti-spermatozoïdes est de faire un test de liaison immunochimique. Demandez à votre médecin.

Les troubles de la coagulation du sang auto-immune

Des troubles avec l’augmentation des anticorps antiphospholipides, y compris des anticorps anti-cardiolipine provoquent un état d’hyper-coagulation dans le sang et peut être associés à des problèmes de reproduction et de fausses couches à répétition. Ces anticorps peuvent être trouvés dans les maladies systémiques.

Considérations immunologiques pour des patients qui veulent concevoir

Ratios Th1 / Th2

Une dominance de cytokines TH1  peut être associé à l’incapacité de concevoir ou de maintenir une grossesse. Chez les femmes ayant  des ratios TH1 / TH2 élevés il y a une augmentation de l’incidence de la perte de la grossesse et de l’infertilité.

Les tueuses naturelles (les cellules NK)

Des cellules NK élevées sont associés à de nombreuses maladies auto-immunes systémiques mais peuvent également être trouvés chez les femmes ayant des problèmes de stérilité inexpliquée. Les cellules NK produisent des cytokines TH1 y compris le TNF-alpha et l’interféron gamma. Ces cytokines sont normalement impliqués dans la toxicité cellulaire dirigée contre les cellules cancéreuses et les virus. Si l’augmentation est en début de grossesse, la présence de cellules NK et de leurs cytokines peut perturber la croissance et le développement de l’embryon. TNF-alpha fonctionne comme un signal à d’autres cellules immunitaires qui migrent alors vers l’utérus pour attaquer l’envahisseur qui a été détecté immunologiquement.

L’homocystéine et le métabolisme du folate

La carence en folate et l’hyperhomocystéinémie sont connus pour être des facteurs de risque pour l’infertilité et de complications de la grossesse. Des erreurs dans ces voies provoquées par des mutations génétiques ont été associés à des maladies auto-immunes.

Les troubles du métabolisme des folates peuvent conduire à une division cellulaire réduite, la production de cytokines inflammatoires, la modification du métabolisme de l’oxyde nitrique, l’augmentation du stress oxydatif, une réactions de méthylation anormale et la thrombose. Cela provoque des problèmes avec la folliculogenèse et l’implantation ou le maintien d’une grossesse en bonne santé. Chez les hommes, de tels défauts peuvent nuire à la spermatogenèse.

Les tests de diagnostic dans la clinique de naturopathie

Il y a d’importants tests de laboratoire qui devraient être menées pour les patients qui ont des problèmes immunologiques ainsi que les problèmes de la fertilité. En plus des tests généraux et endocrinien pour l’infertilité, envisager de tester l’homocystéine, CRP, VS, ANA, APA, PTT, PTT partielle, DHEA-S, TSH, antithyroglobuline, peroxydase anti thyroïdienne, HbA1c, NFS, cortisol diurne, MTHFR et la méthylation, les tests pour candida et les tests de sensibilité au gluten.

Cliniquement, il a été constaté que les niveaux d’homocystéine optimaux devraient être 8 mmol / L ou inférieur chez les patients présentant des facteurs de l’infertilité auto-immunes.

Les ratios TH1  et TH2 peuvent être un outil très utile pour la conception de plans de traitement.
Les tests NK et les variantes génétiques de la MTHFR sont également disponibles.

Il est recommandé de faire un test d’immunoglobuline IgG pour vérifier si vous êtes intolérant au gluten et aux produits laitiers. Mais puisque la plupart des gens ont un certain niveau d’allergie au gluten et / ou produits laitiers, il est conseillé de les éviter tout au cours de la période de la préconception et la grossesse.

Les traitements possibles à la clinique de naturopathie

Certaines des options de traitement qui peuvent être envisagées après une évaluation approfondie pour déterminer les facteurs auto-immunes spécifiques sont:

1-Pour réduire les réponses inflammatoires dominantes TH1 chez les patients qui en ont besoin, extrait de pin maritime (100 mg x 2/j), le resvératrol, (100 mg x 2/j), et EGCG du thé vert (catéchines 300mg x 2/j).
Le pin maritime et le resvératrol inhibe également l’agrégation plaquettaire et la thrombose. Les effets antioxydants de ces substances sont également bénéfiques.
2-Proline rich polypeptides tels que ceux trouvés dans le colostrum bovin peut favoriser une évolution vers TH1 et réguler négativement les réponses hyperactive de TH2.
3-Oméga 3 de haute qualité de l’huile de poisson. 2 – 3 g d’EPA et de DHA par jour pour aider contre les troubles inflammatoires et thrombotiques. Une étude de 2007 sur des souris a révélé que un rapport de 23:14 EPA DHA a diminué TNF alpha en 8 heures. EPA réglemente également des marqueurs auto-immunes en cas d’endométriose.
4-L-5-méthyltétrahydrofolate 5 mg par jour, vitamine B12 1000mcg et la vitamine B6 75 mg une fois par jour afin d’améliorer l’homocystéine et le métabolisme des folates. Vérifier l’existence d’antécédents de cancer avant d’utiliser l’acide folique à haute dose. La trimethylglycine 1000 mg une fois par jour peut également être utilisé pour abaisser les taux d’homocystéine chez des patients sélectionnés.
5-N-acétyl-cystéine 600mg 2 x/j. Réduit les cytokines inflammatoires. Améliore la maladie de la thyroïde auto-immune, CNA améliore également les paramètres du sperme, le statut oxydatif et la qualité de l’endomètre. NAC protège également l’intégrité des ovaires soumis à des dommages physiques et à l’oxydation, et aide les voies de detoxification hépatiques.
6-Pour les patients avec des anticorps de la thyroïde, L-sélénométhionine 200mcg/j. Si c’est une hypothyroïdie, l’utilisation de l’hormonothérapie bio-identique peut être indiquée pour prévenir les fausses couches. Les oligo-éléments pour la fonction thyroïdienne sont également bénéfiques.
7-Le protomorphogen pour la thyroïde (formes orales d’extraits glandulaires) peut être utile pour les patients ayant des anticorps antithyroïdiens pour agir comme un leurre. Augmenter le dosage lentement à 1 comprimé trois fois par jour.
8-L’élimination de gluten doit être mis en œuvre selon les besoins pour les patients ayant une sérologie positive.
9-Des probiotiques 20 milliards quotidiennement. Tourner les souches mensuellement pour moduler l’immunité et réparer la muqueuse intestinale. Traiter le candida si présent.
10-Soutenir la détoxication du foie.
11-La progestérone bio-identique est un agent immunosuppresseur puissant capable de bloquer à la fois la libération de cytokines et leur action. Peut être utilisé dans la phase lutéale du cycle pour soutenir une grossesse précoce.
12-La DHEA – peut être utile en cas d’insuffisance ovarienne prématurée pour améliorer les chances de grossesse et réduire les fausses couches dans l’âge avancé de la mère. Il est également bénéfique dans le traitement de maladies auto-immunes et pour réduire l’activité des cellules NK. Le DHEA doit être utilisé uniquement après une évaluation de sérum DHEA-S et d’androgènes. La dose doit être ajustée en fonction des besoins du patient, mais est souvent 25mg x 2/j ou moins.
13-Traiter le stress est très important chez tous les patients souffrant de problèmes de reproduction. Les maladies auto-immunes sont aggravés par le stress car il peut augmenter l’immunité humorale et décaler les ratios TH1: TH2. Les thérapies surrénales, un sommeil suffisant, le yoga, la méditation, la thérapie par le mouvement et la prière peuvent tous avoir un effet positive chez les patients.
Les naturopathes qui traitent l’infertilité rencontrent de nombreux cas où il y une grande influence de l’auto-immunité sur la reproduction. Réprimer la réponse immunologique peut améliorer l’implantation et réduire les fausses couches, permettant une grossesse réussie.

Source
-http://www.acam.org/blogpost/1092863/
179527/Natural-Treatments-for-Autoimmune-Infertility-Concerns

8 réponses

  1. ferdaous dit :

    bonjour, mon marie, âgé de 30 ans ,est atteint de leucémie type LAM3 et il est traité depuis 2015 et il finira son traitement juillet 2017, je sais bien que les chimiothérapies ont un grand effet sur la fertilité et peuvent même causé l’infertilité mais est ce qu’il y a des plantes qui aident à nettoyer le corps des effets de ces médicaments et peuvent revitaliser le tissu testiculaire

  2. Sana dit :

    Bonjour,
    J’ai des cellules nk qui m’empêche de tomber enceinte.
    Saurez vous s’il y’a un traitement naturel contre ces cellules ? Un vasodilatateur naturel, ainsi que la progestérone naturel ? C’est ce que j’ai eu comme traitement lors de mes fiv.

    J’ai aussi un problème de coagulation de sang (mutation de Leiden du facteur 5).

    Je désespère pour avoir cette grossesse tant désiré.

    Cordialement

  3. Pascale dit :

    Bonjour j ai une colectomie totale avec anastomose ileo-anale et j ai depuis 6 mois une pochite inflammation du rectum fabrique avec le grêle
    Pouvez vous m aider?

  4. Fati dit :

    Bonjour maplante,

    J’ai 29 ans et j’en suis à ma 2ème fausse-couche à 1 an d’écart. On m’ à découvert au début de ma dernière grossesse des anti-corps anti-thyrperoxydase positifs et mon médecin pense qu’ils peuvent être à l origine de ma dernière fausse couche.
    Il s’agit donc d’un début de la maladie de hashiminto.
    Quel traitement naturel me conseilles-tu ?
    Merci
    Quel traitement

  5. Alex dit :

    Bonjour, j’ai une adenomyose. Pourriez-vous me dire quelles sont les autres maladies pouvant entraîner celle-ci ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.