18 Épices pour lutter contre le cancer

Les meilleurs épices pour lutter contre le cancer

Pour lutter contre le cancer, vous devriez mettre tous les atouts de votre coté et vous ne devriez négliger aucun détail, n’attendez pas que votre médecin vous dise de ne pas manger des sucres (glucides), aliments transformés, ou d’éviter les produits chimiques et tout autres additifs dans les aliments, éviter les produits de ménages et les cosmétiques.

Basez votre alimentation sur les légumes en grande partie, les fruits et qu’ils soient bio. Beaucoup de gens ont pu guérir leurs cancers avec des cures de fruits et légumes bio en incluant des épices qui ont des propriétés anti-cancer.

Essayez de manger cru le plus possible, évitez les fritures, diminuez votre consommation de viande surtout s’ils ne sont pas nourri à l’herbe, prenez des oméga-3, de la vitamine D, soutenez vos intestins avec des probiotiques et consommez des aliments connus pour leurs propriétés anti-cancer. Évitez les produits laitiers, l’exposition aux toxines, le stress, prenez un bon sommeil réparateur (faite une sieste si possible), évitez les radiations, sans oublier de faire du sport.

Plus de 180 composés dérivés d’épices ont été identifiés et explorés pour leurs bienfaits pour la santé, les épices sont dans votre cuisine et peuvent vous aider à prévenir et à guérir un cancer.

Les épices ont des propriétés médicinales prouvées scientifiquement et les ajouter à votre régime alimentaire fortifie votre corps contre l’invasion des toxines, des bactéries et des virus.

épices et cancer
Copyright © peddhapati

1-Piment de la Jamaïque

Le terme « piment de la Jamaïque» a été inventé dans les années 1600 par les Anglais, qui pensait que la plante combine les saveurs de la cannelle, noix de muscade, clous de girofle. Le piment de la Jamaïque n’est pas un mélange d’épices comme certains le croient encore, mais provient des baies vertes séchées de l’arbre Pimenta dioica. Cet arbre est originaire des Grandes Antilles, au sud du Mexique et de l’Amérique centrale. Aujourd’hui, Pimenta dioica est cultivé dans de nombreuses régions chaudes dans le monde entier. L’épice est également disponible dans le commerce sous forme d’huile essentielle.
Cette épice est un antimicrobien, anti-oxydant, anti-inflammatoire, analgésique, antipyrétique, anti-cancéreux, et anti-tumorigène. L’épice contient une multitude d’agents bioactifs qui peuvent être bénéfiques pour la santé, y compris les flavonoïdes, les acides phénoliques, les catéchines, et plusieurs phénylpropanoïdes.
Selon une recherche faite par Bal Lokeshwar, PhD, professeur du Miller School publié le 8 mai 2013 dans le journal d’Oxford « Carcinogenesis », le piment de la Jamaïque ralentit de manière significative la croissance de tumeurs cancéreuses de la prostate en supprimant le récepteur des androgènes (AR). Une molécule centrale de la croissance et la métastase du cancer de la prostate, AR permet aux cellules cancéreuses de la prostate de survivre, même après un traitement hormonal, la chirurgie et la radiothérapie sont les traitements standards pour le cancer de la prostate.

2-Le basilic contre le cancer

Les bienfaits exceptionnels de cette plante sont venus à la scène quand des études ont révélé que le basilic peut agir comme un inhibiteur de la COX-2 – ce qui maintient l’inflammation à distance et diminue la douleur. Jusqu’à il y a une dizaine d’années, le basilic était inconnu du monde occidental. Diverses études de laboratoire et chez l’animal indiquent également que le basilic peut réparer les cellules endommagées par l’oxydation et le rayonnement – démontrant le potentiel de détruire des lésions et des tumeurs pré-cancéreuses.
Une étude faite en 2012 a révélé que l’extrait du basilic était 1,6 fois ou 39% plus efficace dans la gestion des symptômes de stress, la supplémentation à base de plantes a été bien tolérée par tous les patients pendant plus de six semaines. Les chercheurs ont constaté que le basilic empêchait la réduction des niveaux de neurotransmetteurs du cerveau – catécholamines et la monoamine-oxydase. En outre, le basilic a également augmenté les niveaux de dopamine et 5-hydroxytryptamine chez les rats exposés à la natation et le stress gravitationnel.
Le constituant actif dans la feuille de basilic, l’eugénol est responsable de son action anticancéreuse. Il s’avère que l’eugénol inhibe la multiplication, la migration et l’invasion des cellules cancéreuses et peut aussi induire l’apoptose (mort programmée des cellules de tumeurs). En outre, le basilic a une foule de composés phytochimiques qui combattent le cancer comme, l’apigénine, lutéoline, l’acide rosmarinique, myretenal, le bêta-sitostérol et l’acide carnosique.
Selon une étude publiée en 2013 dans Nutrition and Cancer, ces composés ont augmenté l’activité antioxydante et ont détruit les cellules cancéreuses. Il a été démontré que les flavonoïdes dans les extraits d’eau de basilic, orintin et vicenin ont protégé les souris contre des tumeurs.

3-Le carvi une épice contre le cancer

Le carvi ( Carum carvi ), aussi connu comme « fenouil méridien» est originaire d’Asie occidentale, Europe et Afrique du Nord. Kapoor et al. (2010) ont démontré que l’huile essentielle de carvi l’oléorésine est efficace comme anti-oxydant, plus que le butylhydroxyanisole et le butylhydroxytoluène (commercial).
Schwaireb (1993) a examiné l’huile alimentaire de carvi pour ses effets sur les tumeurs de la peau et l’huile de croton chez la souris femelle. Le nombre de cancers chez les animaux pourvus d’huile de carvi étaient significativement moins que chez les témoins.
Cette épice peut également influer sur l’activation de cancérogène par sa capacité à modifier la bioactivation cancérogène. Dans l’ensemble, les changements dans les deux phases I et II sont des enzymes en accord avec la capacité du carvi et son constituant actif pour diminuer les cancers induits chimiquement.

4-Cardamome

La cardamome a des propriétés antioxydantes. Kikuzaki, Kawai, et Nakatani (2001) ont examiné des extraits de cardamome noire ( Amomum de subulatum ) pour leur capacité à piéger les radicaux libres. Une étude publié dans « The Asian Pacific Journal of Cancer Prevention » en 2013, a constaté que la cardamome contient des composés anti-cancer avec le potentiel de tuer les cellules cancéreuses ainsi que la croissance de nouvelles cellules de cancer. Une étude complémentaire, publié en Septembre 2012 dans le « British Journal of Nutrition, » a constaté que la cardamome réglemente l’activité des gènes dans les cellules cancéreuses de la peau et réduit l’activité de gènes liés à la croissance du cancer.

5-Cayenne une épice contre le cancer

Le poivre de Cayenne a de très fortes concentrations en vitamine A et en caroténoïdes, qui servent comme antioxydants. Ces antioxydants créent un environnement interne qui n’est pas favorable à un cancer. Des essais ont démontré une réduction du cancer du pancréas, du poumon et le cancer de la prostate dans le cadre de la consommation de la capsaïcine, l’élément clé dans le poivre de Cayenne. La capsaïcine littéralement détruit les cellules cancéreuses. La capsaïcine dans le piment de Cayenne fonctionne également pour empêcher la croissance de la tumeur et réduit le gonflement dans les tumeurs. La capsaïcine pousse les cellules tumorales à se suicider.
Non seulement cette épice a été documenté pour lutter contre le cancer du pancréas. Les nombreuses propriétés curatives du poivre de Cayenne favorisent également la fonction saine du pancréas et aide à rétablir la santé après un cancer. Le poivre de Cayenne répare aussi les cellules qui tapissent les poumons et favorise la respiration.

6-Cannelle

La cannelle est une épice obtenue à partir de l’écorce d’un arbre à feuilles persistantes appartenant à la famille des Lauraceae. Les composants principaux de la cannelle comprennent cinnamaldéhyde, l’eugénol, terpinène, le carvacrol, linalol, safrole, le benzoate de benzyle, et la coumarine.
Un agent de conservation alimentaire naturel, la cannelle est une source de fer et de calcium. Utiles dans la réduction de la croissance tumorale, elle bloque la formation de nouveaux vaisseaux dans le corps humain.
La capacité des extraits de cette épice pour supprimer la croissance in vitro de H. pylori , un facteur de risque du cancer de l’estomac, le lymphome du tissu lymphoïde associé aux muqueuses gastrique et le cancer du pancréas, a suscité un intérêt considérable dans l’utilisation potentielle de cette épice contre le cancer.
Donner à des rats une poudre d’écorce de cannelle a augmenté de manière significative plusieurs enzymes antioxydants dans le tissu hépatique et cardiaque, par rapport aux témoins. Ces enzymes aident à maintenir l’intégrité cellulaire et la protection contre les dommages oxydatifs des radicaux libres.

7-Clou de girofle

Le clou de girofle contient plusieurs composées bénéfiques qui ont eu une attention croissante, dont beaucoup d’entre eux ont des propriétés anti-cancérigènes. L’arbre de clou de girofle (Syzygium aromaticum L.), les clous de girofle sont couramment utilisés comme épice.
Une étude a été conçue pour étudier l’action de chimio-prévention d’une infusion aqueuse du clous de girofle sur le cancer de la peau induit chez des souris suisses. Ils ont constaté qu’il y avait un effet protecteur acquis de la gousse. Il a retardé la formation de papillomavirus (cancer de la peau), mais il a également réduit l’incidence de papillomavirus, ainsi que le nombre cumulé de papillomes par souris. Les chercheurs croient qu’il pourrait y avoir un rôle prometteur pour les clous de girofle pour limiter le processus de cancérogenèse.
Des études de laboratoire très limitées menées dans plusieurs pays suggèrent que l’huile de cette épice peut lutter contre les bactéries, les champignons, et même les acariens de la peau (gale). Une étude a comparé les huiles de plusieurs plantes pour savoir comment ils ont arrêté la croissance de certains germes dans le laboratoire. L’essence de girofle est très efficace pour arrêter la croissance des bactéries, des levures et des moisissures qui ont été testés. Une étude japonaise chez la souris a suggéré qu’une préparation de girofle prise par la bouche peut aider à réduire la gravité des infections à levures dans la bouche. Plus récemment, une étude de laboratoire a montré que l’exposition directe à l’huile de clou de girofle a tué les acariens de la peau.

8-La coriandre

Les propriétés anti-inflammatoires naturelles de la coriandre aident à réduire la gravité des douleurs articulaires, à protéger le système nerveux des dommages causés par les maladies neurodégénératives, les feuilles de coriandre ont plus d’antioxydants que la coriandre dans ses autres formes. Les antioxydants sont particulièrement bons pour garder le cancer à distance et aider les patients atteints de cancer de récupérer. Une étude a montré que la coriandre peut être en mesure de prévenir le cancer. Jusqu’à présent, seule l’expérimentation animale a été faite et la propriété de protection de la coriandre concerne le cancer du côlon. D’autres tests humains doivent encore être faits pour confirmer si elle permet d’éviter le cancer du côlon chez l’homme aussi, mais il est raisonnable de supposer qu’un aliment riche en antioxydants comme la coriandre sera bénéfique d’une certaine façon dans la lutte contre le cancer.

9-Cumin ( Cuminum cyminum )

Thymoquinone (TQ) est l’élément le plus abondant dans l’huile de graines de cumin. Le TQ contenu dans cette épice est un antioxydant, antimicrobien et anti-inflammatoire.
La thymoquinone contrôle la prolifération de cellules responsables de cancer de la prostate. Des preuves considérables soulignent également la capacité de QT pour supprimer la prolifération des cellules tumorales, y compris un carcinome colorectal, d’adénocarcinome du sein, un ostéosarcome, un carcinome de l’ovaire, une leucémie myéloblastique, et carcinome du pancréas.

10-Fenouil

Une étude montre que l’anéthole, un composé du fenouil peut inhiber les cellules du cancer du sein. Il empêche également ces cellules de survivre. En fait, l’anéthole peut entraîner la mort des cellules du cancer du sein dans certains cas. Cela signifie que, au moins, il peut ralentir la croissance et la propagation du cancer du sein. Une autre étude a montré que ce composé arrête efficacement l’inflammation et même le développement du cancer. Il le fait en luttant contre des cytokines connues en tant que facteurs de nécrose tumorale (TNF). Le TNF est considéré comme une cause de l’inflammation chronique. L’anéthol se trouve aussi dans l’anis vert. Peu importe où vous allez obtenir votre anéthol, l’ajouter à votre régime alimentaire est une très bonne idée.

11-L’Ail contre le cancer

Une grande étude chinoise publiée récemment dans « Cancer Prevention Medicine ». Les chercheurs ont comparé 1424 patients atteints de cancer du poumon avec 4543 adultes en bonne santé et leur ont demandé leur mode de vie et les choix alimentaires. Certes, tout simplement ils ont demandé aux gens de se rappeler leur propre comportement est à peine la forme idéale de la recherche. (Bien plus instructif, il y a des études qui divisent les gens au hasard en deux groupes, un groupe on lui donne un traitement et l’autre groupe un placebo sans révéler qui à pris quoi, et puis comparer les résultats).
Cela dit, les résultats de Jiangsu Center for Disease Control and Prevention à Nanjing sont remarquables, a déclaré John Milner, qui a étudié la chimie de l’ail pendant des décennies.
« C’est une preuve supplémentaire que l’ail a des avantages importants pour la santé. » A déclaré Milner, directeur du Centre de nutrition humaine à l’Agricultural Research Service du ministère de l’Agriculture des États-Unis
L’allicine a de nombreuses fonctions – réduction de l’inflammation, la lutte contre les molécules d’oxygène nuisibles appelées radicaux libres, agissant comme un diluant du sang naturel, la lutte contre les bactéries, les agents de blocage du cancer (carcinogènes), l’amélioration de la réparation d’ADN et le déclenchement d’un phénomène appelé apoptose (mort cellulaire)..
Fait intéressant, il y a moins de bienfaits pour l’ail cuit. Toutefois, « si vous hachez l’ail et vous le laissez reposer pendant 10 à 15 minutes, les composés actifs sont formés, alors il n’a pas d’importance si vous le chauffez», a déclaré Milner. « Le chauffage est seulement mauvais si vous chauffez l’ail [haché] tout de suite. »
En 2009, les chercheurs qui étudiaient des échantillons d’urine humaine ont trouvé que la consommation de 3 à 5 grammes par jour d’ail a bloqué la création d’agents cancérigènes, les substances cancérigènes, appelées nitrosamines, qui se trouvent dans certaines viandes transformées et sont également formés dans le corps au cours du métabolisme normal.

12-Origan

L’origan possède une activité antioxydante, en raison d’une teneur élevée en acides phénoliques et en flavonoïdes. Dans les études de laboratoire, il a également montré une activité antimicrobienne contre les souches des agents pathogènes d’origine alimentaire.
L’origan confirme sa valeur comme un agent potentiel contre le cancer de la prostate. Constitué de composés anti-microbiens, la ‘quercétine’ dans l’origan limite la croissance de cellules malignes dans le corps et agit comme un médicament contre les maladies cancéreuses.

13-Safran une épice contre le cancer

Les études sur les effets anti-cancer du safran ont été menées uniquement sur des modèles expérimentaux de cancers humains, en Septembre 2011 dans des études, l’extrait de cette épice a pu atténuer certains des effets secondaires indésirables d’autres médicaments, tels que le cisplatine, utilisé dans le traitement du cancer, sans affecter l’action anti-tumorale de ces médicaments. En outre, des extraits de safran, ou crocine ou ses dérivés, peuvent inhiber la croissance des cellules tumorales et la progression du cancer tout en épargnant les cellules saines non affectée dans des modèles de cancer du sein, du poumon et le cancer colorectal.

14-Le Thym

Une étude faite par une équipe de scientifiques, de l’Universidade Nova de Lisboa au Portugal a conclu dans la revue Natural Product Communications que des extraits de Marjolaine sylvestre (Thymus mastichina L.) peuvent protéger contre le cancer du côlon.
Des oncologues chercheurs de l’Université Celal Bayar en Turquie ont mené une étude pour déterminer l’effet du Serpolet (Thymus serpyllume) sur le cancer du sein.
Ils recherchaient spécifiquement les effets du thym sauvage sur l’apoptose (mort cellulaire) et des événements épigénétiques dans les cellules cancéreuses du sein. Épigénétique est l’étude des changements de l’expression des gènes provoquées par des mécanismes qui n’impliquent pas de changements dans la séquence d’ADN.
Ils ont rapporté dans la revue Nutrition and Cancer que le Serpolet induit la mort cellulaire dans les cellules cancéreuses du sein.
Les auteurs de l’étude ont conclu que le thym sauvage « peut être un candidat prometteur dans le développement de nouveaux médicaments thérapeutiques pour le traitement du cancer du sein. »

15-Le romarin contre le cancer

Des preuves considérables suggèrent que les extraits de romarin, ou de ses composants isolés, peuvent retarder les cancers induits chimiquement. Par exemple, l’application topique d’un extrait de romarin a pu bloquer les phases d’initiation et de promotion de la tumorigenèse de la peau.
Les extraits de romarin et les composés actifs de l’acide carnosique et l’acide rosmarinique se sont avérés inhiber la prolifération de diverses lignées de cellules cancéreuses humaines, y compris, un carcinome à petites cellules du poumon, le carcinome de la prostate, le carcinome du foie, la leucémie myéloïde chronique, l’adénocarcinome du sein, un adénocarcinome de la prostate.

16-Gingembre et cancer

Divers modèles animaux ont été utilisés pour examiner le rôle du gingembre dans la prévention du cancer. Par exemple, l’exposition de rats mâles à des tumeurs, puis ils ont été nourris avec un régime à base de suppléments avec 1% d’extrait de gingembre pendant 26 semaines, les rats avaient significativement moins de lésions urothéliales par rapport aux témoins ou ceux nourris avec un régime avec 0,5% de gingembre. Le gingembre semble également avoir des propriétés anti-tumorigène. Plusieurs lignées cellulaires ont été examinées pour leur sensibilité au gingembre. Par exemple, des extraits alcooliques de gingembre ont inhibé la croissance de cellules tumorales.

17-Le curcuma une épice contre le cancer

Vous pouvez lire l’article sur le curcuma

18- graine de nigelle (Nigella sativa), épice contre le cancer

Des études cellulaires ont démontré que l’extrait de graine de nigelle se compare favorablement à la chemoagent 5-fluorouracile dans la suppression de la croissance du cancer du côlon, mais avec un profil de sécurité bien plus élevé. La recherche sur les animaux a montré que l’huile de cette épice noire a des effets inhibiteurs significatifs contre le cancer du côlon chez le rat, sans effets secondaires observables.
Des chercheurs de Kimmel Cancer Center ont démontré que Nigella sativa pourrait provoquer la mort cellulaire lorsqu’ ‘il est utilisé contre les cellules tumorales pancréatiques. Les résultats ont montré un taux de réussite de 80 pour cent. Cette étude sur les cellules tumorales pancréatiques n’était que le début de nombreuses études futures sur l’effet de Nigella sativa contre le cancer.
Selon Hwyda Arafat, MD, Ph.D., professeur agrégé de chirurgie au Collège de l’Université Thomas Jefferson, « Nigella sativa permet de traiter un large éventail de maladies, y compris des troubles immunitaires et inflammatoires. Des études antérieures ont également montré une activité anti-cancéreuse de la prostate et du côlon, ainsi que des effets antioxydants et anti-inflammatoires « .
Les études ont démontré des résultats positifs contre le cancer de la prostate et du côlon. Le cancer du sein a également été étudié dans une recherche séparée montrant la capacité d’éradiquer les cellules cancéreuses et de fournir une excellente santé pour de nombreuses femmes.
Il y a plus de 1400 ans le prophète Mohammed a dit « La graine de nigelle, est un remède pour toute maladie, sauf la mort.»

Sources
-http://www.realnews24.com/18-spices-scientifically-proven-to-prevent-and-treat-cancer/

-http://med.miami.edu/news/miller-school-researchers-discover-prostate-cancer-fighting-compound-in-all
-http://www.naturalhealth365.com/food_news/0897_holy_basil_cancer.html
-http://www.livestrong.com/article/338907-health-benefits-of-cardamom/
-http://selfhelpaustralia.wordpress.com/2013/03/14/can-cayenne-pepper-cure-cancer/
-http://www.healingcancernaturally.com/cayenne-pepper-healthbenefits.html
-http://healthimpactnews.com/2014/the-healing-properties-of-clove-essential-oil/
-http://www.glamcheck.com/health/2011/11/11/health-benefits-of-coriander/
-http://institutefornaturalhealing.com/2013/12/the-natural-cancer-killer-nobody-wants-you-to-know-about/
-http://commonhealth.wbur.org/2013/08/more-evidence-for-stinking-rose-garlics-cancer-fighting-potential
-http://www.livestrong.com/article/534381-saffron-benefits-for-cancer/
-http://www.medicalnewstoday.com/articles/266016.php
-http://www.greenmedinfo.com/blog/black-seed-remedy-everything-death
-http://www.cancertutor.com/black_cumin/
-http://www.cayennepepper.info/can-cayenne-pepper-cure-cancer.html

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

29 commentaires sur “18 Épices pour lutter contre le cancer”